Comment améliorer sa prononciation en anglais ?

anglais prononciation 1

De manière générale, parler une langue étrangère n’est pas un exercice facile et nécessite un apprentissage. S’exprimer dans une langue qui n’est pas la nôtre c’est tenter d’incarner une culture et ses codes, de modifier ses schémas d’expression habituels (ton, débit, gestuelle…) et de comprendre les différents contextes dans lesquels s’intègrent certains mots ou expressions. Alors existe-t-il une recette miracle pour améliorer sa prononciation en anglais ? Pourquoi s’exprimer en anglais est souvent synonyme de blocages ou difficultés ? Je vous donne mes conseils et astuces dans cet article pour dompter la langue de Shakespeare.

1. Connaître les difficultés de prononciation

Pour comprendre et contrer une difficulté, il faut d’abord la connaître, savoir qu’elle existe. Si parler anglais peut s’avérer périlleux pour les francophones, c’est pour deux raisons principales.

La première, c’est de croire que ce qui est écrit en anglais se prononce de la même façon en français, comme si les logiques d’expression du français et de l’anglais étaient similaires. Les phonèmes (sons) tels que “th” ou le “h” aspiré sont là pour nous rappeler qu’essayer de prononcer un mot anglais à la manière du français n’est pas la meilleure méthode.

La deuxième difficulté est l’accent tonique, c’est à dire la musicalité de la langue. Un mot mal accentué en anglais est souvent mal compris par un anglophone. En français, nous avons tendance à faire monter notre intonation à la fin de chaque phrase. Alors qu’en anglais, l’intonation varie en permanence. Ces variations de ton impliquent aussi des rythmes différents dans les deux langues. En français, on parle du rythme “mitraillette” (ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta) et en anglais du rythme “morse” car il fluctue continuellement. En vous imprégnant de ces différences de rythme et d’intonation vous aurez plus de facilité à prononcer les mots en anglais car la musicalité de la langue n’aura plus de secret pour vous.

2. Tendre l’oreille

Ce point vient compléter le précédent car pour vous imprégner du rythme et de l’intonation de l’anglais, il faut écouter la langue, comprendre sa composition et ses tonalités. Sachez que beaucoup de sons en anglais n’existent pas en français. Pour apprendre ces nouveaux sons, je vous conseille de regarder des films en anglais en vous concentrant uniquement sur ce que vous entendez, les changements de rythme, d’intonation. N’essayez pas de comprendre, écoutez et réécoutez simplement plusieurs fois par jour pour que votre esprit intègre la musicalité et la logique de la langue.

anglais prononciation
Lorsque vous aurez absorbé les mécanismes de l’anglais, vous pourrez prononcer tous les mots, y compris ceux dont vous ignoriez l’existence. N’hésitez pas non plus à écouter différents accents. Il se peut que vous soyez plus à l’aise avec l’accent américain ou l’accent australien par exemple. Adoptez celui qui vous convient le mieux car apprendre c’est aussi faire des choix, vos choix.

3. S’entraîner à penser en anglais

Apprendre à prononcer une langue c’est la mimer, encore et encore. Prenez 5 à 10 min par jour pour vous mettre dans la peau d’un anglophone. Essayez de penser en anglais, n’hésitez pas à exagérer, à rentrer dans un personnage qui prononce les mots comme un anglophone le ferait. Même si cela peut vous paraître trop théâtral, jouez avec les tons et les sons de votre voix, pensez à bien articuler et répétez les mêmes phrases plusieurs fois.

Je vous conseille aussi de vous enregistrer sur votre téléphone par exemple et d’écouter vos audios pour comparer et constater les évolutions et améliorations. Dans la mesure du possible, car ces sons sont récurrents en anglais, entraînez-vous à prononcer les mots en “th” (think, this, that, those…) et les mots qui contiennent le “h” aspiré (hello, hand, heart…). Sachez cependant que pour certains mots, le “h” est muet. C’est le cas de honour, honest, hour par exemple.

anglais prononciation

4. Cesser de croire que vous n’êtes « pas fait pour ça »

“Je n’y arriverais pas, l’anglais c’est pas mon truc de toute façon”. Si vous vous reconnaissez dans cette phrase, sachez que l’apprentissage d’une langue demande du temps, du courage, et de la patience. Beaucoup de personnes dans mon entourage sont découragées avant même d’avoir commencé. Si vous avez la volonté d’apprendre l’anglais et que vous mettez toutes les chances de votre côté, alors vous y arriverez.

5. Définir vos objectifs

Plutôt que d’essayer d’apprendre toutes les règles de prononciation d’un trait, je vous conseille d’abord de définir vos objectifs. Par exemple, vous pouvez vous dire “aujourd’hui je me focalise sur le son “th”, demain sur le “h” aspiré, après-demain sur le son “r” ”. Cela vous permettra d’apprendre les sons étape par étape et de mieux intégrer les mécanismes de prononciation de l’anglais.

6. S’intéresser à la phonétique

En apprenant l’alphabet phonétique, même si cela est plus théorique, vous pourrez plus facilement décomposer la façon dont les mots sont prononcés. Je vous invite à consulter cet article très utile pour apprendre l’alphabet phonétique international.

7. Oser !

Pour parler une langue étrangère, vous devez oser, dépasser la barrière linguistique sans penser au jugement. Oubliez les “j’ai honte, je suis sûr que l’on va se moquer de mon accent”. La prononciation et l’accent sont deux choses différentes, si vous prononcez correctement les mots sans “imiter” complètement l’accent anglais, vous serez compris quand même, et c’est ce qui compte. N’oubliez pas que parler une langue c’est d’abord faire passer des messages, quelque soit la manière dont vous les transmettez, avec ou sans l’accent.

anglais prononciation

Vous l’aurez compris, pour améliorer votre prononciation en anglais vous devez apprendre les mécanismes de la langue et sa musicalité. Pour cela, écoutez de l’anglais, encore et encore, et entraînez-vous à répéter des phrases sans peur ni honte. N’oubliez pas qu’apprendre une langue demande de la persévérance. Prenez 5 à 10 min par jour pour écouter la langue et l’imiter. Votre prononciation sera alors plus fluide et avec le temps l’anglais deviendra votre tasse de thé.