Les 4 mythes de l’immersion linguistique

Voyage étranger

Apprendre une langue, ce n’est pas seulement avoir le nez dans les livres et les méthodes d’apprentissage, c’est aussi voyager à l’étranger.

Pourtant, les fausses croyances et idées reçues perdurent. Il est grand temps de les déconstruire et d’y remédier pour que vos futurs séjours se déroulent dans les meilleures conditions d’immersion possibles.

1. Revenir bilingue de votre immersion

Que ceux qui n’ont jamais entendu « Si tu veux parler anglais il faut aller en Angleterre ou dans un pays anglophone » me jettent la première pierre. Cette phrase est à prendre avec des pincettes car tout le monde ne revient malheureusement pas « bilingue » de son immersion en pays anglophone. Entre rester 6 mois en France et 6 mois à Londres entouré de français, les progrès observés seront quasi inexistants. Allez dans n’importe quelle ville anglophone où vous rencontrerez des natifs mais ne tombez surtout pas dans la facilité d’uniquement fréquenter vos compatriotes français.

Aile d'avion

2. Rencontrer des natifs plus facilement

Franchir le pas et partir à la rencontre des anglophones est une excellente chose. Seulement voilà, tout comme vous avez votre propre groupe d’amis, les autres possèdent eux aussi leur cercle d’acolytes parfois difficile à accéder. Nombreux sont les étudiants Erasmus qui restent entre eux et ne fréquentent qu’occasionnellement les étudiants natifs. N’attendez pas que les gens viennent vers vous mais sortez dès les premiers jours de votre zone de confort pour aller vers eux. En dehors des programmes universitaires qui restent l’un des meilleurs moyens pour faire des rencontres, inscrivez-vous dès votre arrivée à un club de sport, une association ou bien un espace de coworking afin de mettre le pied à l’étrier et créer des opportunités.

Cocktails

3. Parler, un point c’est tout !

Bien sûr, l’immersion a pour principal but de communiquer avec des anglophones, de pratiquer bien au-delà de ce que vous offre votre chez-vous et donc de progresser à vitesse grand V. Malgré tous les avantages qu’elle vous apportera, il serait dommage de tout miser dessus et d’en faire votre unique support d’apprentissage. Je vous renvoie à mon article Stimuler son apprentissage de l’anglais, si vous souhaitez en apprendre plus sur les méthodes complémentaires à l’initiation orale et auditive, notamment les bons types de supports écrits.

Homme parle boîte de conserve

4. Acquérir l’accent du pays

Je ne vais pas m’étaler sur le fait que vouloir acquérir l’accent d’un pays ne veuille pas dire grand chose étant donné la variété d’accents que le Royaume-Uni comporte à lui tout seul. En revanche, nombreux sont les globe-trotters qui orientent leur destination en fonction de l’accent qu’ils souhaitent acquérir au cours de leur épopée. C’est effectivement une excellente manière de s’exposer aux sons et intonations qui vous attirent le plus mais tout comme le précédent point, l’acquisition d’un accent écossais durant votre séjour à Édimbourg n’est pas une garantie absolue. Nous aurons tout le temps d’en parler dans une prochaine publication sur l’acquisition d’un accent proche de celui d’un natif.

Écossais cornemuse

Mais alors, les séjours linguistiques en valent-ils vraiment la peine ?

OUI ! Et je ne cesserai jamais de le répéter. Rien, à ma connaissance, n’est plus enrichissant qu’une immersion de plusieurs semaines voire plusieurs mois pour ceux qui peuvent se le permettre. Et, en gardant à l’esprit ces 4 mythes souvent entretenus par des personnes n’ayant jamais vraiment vécu une immersion, vous verrez la véritable valeur ajoutée des séjours à l’étranger.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer