L’art d’oublier pour mieux retenir l’anglais au quotidien

oublier pour mieux retenir

Oublier pour mieux retenir paraît complètement paradoxal à première vue. Mais notre cerveau peut-il vraiment supporter toute nouvelle information ?

5 février 1980. Une jeune fille américaine du nom de Jill Price développe une mémoire extraordinaire qui ne l’a jusqu’alors jamais quittée. Au moment où j’écris ces lignes, elle parvient encore à associer avec exactitude la date au jour d’un événement ayant eu lieu après ses 14 ans. Quelle chance, pensez-vous. Pas vraiment, vous répondra-t-elle. Jill Price, aujourd’hui âgée de 51 ans ne parvient pas à oublier les moments les plus tristes de sa vie sans utiliser les moindres moyens mnémotechniques. Notre cerveau nous permet donc d’oublier les moments difficiles au fil du temps et nous avons la chance de pouvoir choisir les informations que nous souhaitons réactiver ou tout simplement mettre de côté pour avancer.

Quel est le rapport entre cette histoire et le fait de mieux retenir les mots en anglais ?

La courbe de l’oubli

oublier pour mieux retenir

Le schéma figurant ci-dessus s’appelle « the forgetting curve », autrement dit « la courbe de l’oubli« . Chaque ligne représente la période durant laquelle nous sommes capables de retenir une nouvelle information. La courbe en rouge montre qu’au fur et à mesure que les jours passent (jour 1, 2, 3 etc.), nous oublions de plus en plus ce que nous venons d’apprendre. Les courbes en vert soulignent un fait intéressant. Plus nous réactivons les nouvelles informations que nous avons apprises, plus nous les retenons à long terme.

J’aborde cette notion de répétition espacée dans mon précédent article Les clés pour développer un bagage solide en anglais.  Le secret est donc de s’autoriser à oublier les nouveaux mots que nous apprenons pour certes les oublier mais les réactiver dans les jours qui suivent. En faisant cela, vous serez étonné de constater à quel point des notions qui vous semblaient pourtant impossibles à assimiler ne vous échapperont plus jamais.

Oublier pour mieux retenir intelligemment

oublier pour mieux retenir

Le problème majeur est de constamment s’efforcer à apprendre en pensant que le travail acharné mènera indéniablement à des résultats. Certains sont même prêts à se repasser un mot compliqué des dizaines de fois dans la journée. Si c’est votre cas, laissez-moi vous convaincre de changer de méthode et d’espacer vos révisions. Il y a de fortes chances que vous parveniez à retenir le mot en question mais vous aurez fait un détour bien plus fatigant et bien moins efficace.

L’art d’oublier pour mieux retenir doit par conséquent se faire de manière intelligente et reposante. La première phase de votre apprentissage, communément appelée la phase active est capitale. En effet, beaucoup trop de personnes ont tendance à essayer de mémoriser des centaines de mots durant cette période. À moins d’être un véritable passionné, je vous déconseille fortement de procéder ainsi au risque de perdre toute motivation. Ce qui soulève la question suivante : Comment faire pour apprendre de nouveaux mots sans se tuer à la tâche ?

Lire, le secret d’oublier pour mieux retenir

oublier pour mieux retenir

La lecture est une activité merveilleuse à laquelle je me suis adonné sur le tard mais qui a considérablement changé ma vision de l’apprentissage de l’anglais. La phase active de mon apprentissage consistait à retenir le maximum d’informations sans envisager une approche plus ludique. Lire en anglais peut s’avérer compliqué si vous ne disposez pas des bases essentielles. Rares sont celles et ceux qui ont commencé un livre dans une autre langue sans abandonner en cours de route. Chercher sans cesse dans le dictionnaire une multitude de mots inconnus est le principal facteur de dégoût et d’abandon. Voyons de plus près comment le surmonter et vous convaincre de lire régulièrement.

Considérez qu’il est inefficace voire contreproductif de commencer par lire du Shakespeare. Ce genre de livre très littéraire peut représenter une vraie mine d’or pour les apprenants aguerris mais un gouffre sans fin pour les débutants. Commencer par des bandes dessinés ou des livres plus abordables comme des courtes nouvelles et laisser le temps au temps. Il existe de nombreux livres avec la traduction du vocabulaire plus technique en bas de page. Vous remarquerez alors que la recherche des nouveaux mots se fera de plus en plus rare. Plus ils se répèteront dans l’histoire et mieux vous les retiendrez sans fournir le moindre effort. Votre motivation augmentera au fil des livres et votre apprentissage sera guidé par le désir de découvrir de nouvelles lectures.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer